Une histoire de super-héros écolos destinée aux 6-10 ans pour apprendre à protéger les océans

Qui sont les Biomax ?

Les Biomax sont des super-héros écolos que les hommes appellent à l’aide en cas de danger pour la planète. Dotés de super-pouvoirs liés aux énergies renouvelables, ils unissent leurs forces pour trouver des solutions. Ils en profitent pour recommander de nouvelles pratiques aux humains.

Cette collection veut aider les 6-10 ans à comprendre les défis de la planète et leur apprendre les bons gestes pour la protéger.

Les Biomax sauvent Noël

C’est le Père Noël en personne qui confie leur première mission aux Biomax. Un personnage connu de tous les enfants et dont ils écoutent les conseils. Le Père Noël et Les Biomax unissent leur force pour que les enfants comprennent la nécessité de lutter contre la pollution des océans par les microplastiques.

Avec une histoire de super-héros illustrée, je propose une manière différente de parler d’écologie aux enfants dès 6 ans. Celle que je souhaite utiliser avec mon fils de 4 ans dans quelques mois et que je n’ai pas trouvée. Certes la littérature jeunesse s’intéresse de plus en plus à ces questions. Mais elle les traite souvent de manière documentaire en ciblant des enfants plus grands.

Je veux montrer aux enfants, dès leur plus jeune âge, qu’ils peuvent agir eux aussi pour moins polluer les océans. Je souhaite toucher leur coeur en parlant à leur imaginaire. J’espère ainsi que mes petits lecteurs s’identifieront aux Biomax et chercheront à reproduire leur comportement vertueux de coopération et d’entraide.

Les personnages des Biomax

J’ai voulu ancrer les cinq types d’énergies renouvelables dans l’esprit de nos enfants. Elles sont une des clefs pour lutter contre l’effet de serre et le réchauffement climatique. Alors le plus simple était de faire de chacune un personnage.

Pour leur apparence, j’ai opté pour des animaux pour le côté affectif qu’ils peuvent déclencher chez les enfants, même quand ils sont grands. Je me rappelle encore de ma lecture de Maus quand j’avais 17 ans. Un choc. Je ne suis pas sûre qu’une représentation humaine m’aurait autant marquée.

Enfin, j’aime l’idée que les hommes doivent s’inspirer de la nature pour trouver des solutions (biomimétisme déjà présent chez Léonard de Vinci). Choisir la forme animale pour représenter une équipe de super-héros écolos renferme un peu toutes ces envies.

Un livre éco-conçu ?

Ça veut dire quoi éco-conçu ?

Il ne sert à rien de vouloir promouvoir des valeurs, vouloir les transmettre aux jeunes générations sans montrer l’exemple en les mettant en oeuvre soi-même dans son quotidien. Il est donc évident que l’album que vous tiendrez dans vos mains sera éco-conçu.

  • Produit en France et pas à l’autre bout du monde comme de nombreux livres pour enfants.
  • Imprimé sur du papier recyclé certifié FSC, provenant de papiers désencrés et fabriqués en Autriche. En effet, les dernières papeteries fabriquant du papier 100% recyclé en France ont malheureusement fermé en 2019.

Concernant la couverture, j’ai opté pour une version souple imprimée sur du papier recyclé 300g. En effet, une couverture rigide est certes plus belle, mais cela signifie forcément plus matières premières utilisées donc un impact environnemental supplémentaire qui se répercute également dans le poids de l’album donc dans son transport.

La compensation carbone

J’ai choisi un imprimeur, labellisé Imprim’Vert, engagé depuis 2010 dans une démarche de compensation carbone. Il s’agit de l’imprimerie villi® située en Haute-Savoie.

Une partie du coût d’impression finance l’installation de cuiseurs à bois économes (CBE) dans le nord-ouest du Bénin. Ils permettent de réduire de 60% la consommation de bois par rapport au foyer traditionnel utilisé dans les pays du Sud. Pour être transparente, le coût de la compensation représente 0,30% du coût de l’impression.

Le mieux resterait de ne pas émettre plutôt que de compenser. Mais puisque je porte un projet qui va être responsable d’émissions de gaz à effet de serre, il me semble mieux de compenser plutôt que de ne rien faire !

Qui est l’auteure du livre ?

Je m’appelle Anne-Laure Borrelly, j’ai 44 ans, je suis maman d’un petit garçon de 4 ans et j’habite en Guadeloupe depuis 5 ans. Ça fait rêver, non ?

J’ai l’habitude du changement. A 23 ans, j’étais professeur d’histoire géographie, à 28 ans, je faisais de la recherche de fonds privés pour des monuments historiques, à 35 ans, je bossais dans le web pour l’hôtellerie de luxe.

En 2019, j’ai souhaité me lancer dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci pour aligner mon projet professionnel et mes aspirations personnelles liées au développement durable. J’aurais pu reprendre une nouvelle formation pour gérer des projets environnementaux. Je l’avais déjà envisagé en 2014/2015 avant de venir m’installer en Guadeloupe. Finalement, j’ai décidé de me lancer avec mes compétences actuelles, à mon échelle et à mon niveau.

En parallèle, je tiens le blog Petite Crapule et je travaille comme chef de projet et rédacteur web SEO.

D’où viennent ces superbes illustrations ?

Par le biais de mon réseau, j’ai découvert le travail de Floriane Roussel. Après des études de design, une formation à l’école des Gobelins et un début de carrière dans le secteur publicitaire, Floriane s’est tournée vers le monde de l’édition. Durant plus de 5 ans, elle y a évolué tour à tour en tant qu’illustratrice puis directrice artistique pour les Editions Récréalire.

Floriane propose des aquarelles où les couleurs vives et leur mélange font le bonheur des petits lecteurs comme des grands !

Quand nos routes se croisent, elle est installée à Chicago. Elle y exerce en tant que Directrice Artistique freelance et collabore à différents projets en rapport avec les enfants.